W.A.MOZART SONATES

Concert du CD le 10 Février 2016 à 20h30, Toulouse : Musée des Augustins, Salon Rouge, Les Arts Renaissants, Toulouse - Sonates violon piano avec Yasuko Uyama-Bouvard – Mozart, Sonates et Fantaisies, programme du CD

Sortie le 6 novembre 2015

Hortus 123 • Distribution France AVM/UVM, Benelux : Quintessence - Europe : Harmonia Mundi.
CD sonates Mozart
CD Sonates de Mozart, enregistrées à l'Abbaye-école de Sorèze en novembre 2014.
Sonate en Sol majeur KV 379 (1781) • Fantasie en ré mineur pour pianoforte KV 397
(1782) • Sonate en mi mineur KV 304 (1778) • Fantasie en ut mineur pour pianoforte
KV 475 (1785) • Sonate en Mi bémol majeur KV 380 (1781)

instruments
Pianoforte copie d’après Walter par Christopher Clarke. Violon Christian Bayon, archet attribué à Nicolas Duchaîne I.


Concert dans le cadre du 18e Festival international Toulouse les Orgues du 9 au 20 octobre 2013
Parmi les genres que Mozart fait entrer dans la modernité figure celui de la sonate pour violon et piano. Sans favoriser un instrument plus que l'autre, il traite le pianoforte et le violon sur un pied d'égalité, établissant un véritable dialogue.
De ces sonates enregistrées ici, le « Magazin der Musik » de Cramer (Hambourg, Avril 1783) rendra compte de façon élogieuse : « Ces sonates sont uniques en leur genre. Pleines d’inventions nouvelles, elles portent l’empreinte de l’immense génie musical de leur auteur. Très brillantes, bien adaptées à l’instrument, l’accompagnement de violon est si habilement entrelacé à la partie de clavier que les deux instruments se renvoient la parole en un dialogue incessant ; c’est pourquoi elles exigent des deux interprètes une égale virtuosité (…) ».

duo

« La mesure, le vrai en toutes choses… »

Lorsqu’il s’agit de musique, Mozart exprime tous les états extrêmes de la sensibilité, sans jamais se montrer excessif. Habité par un idéal musical, il déplore dans une lettre du 28 décembre 1782 : « La mesure…, le vrai en toutes choses, on ne les connaît ni ne les estime plus ». Sa sonate en mi mineur, composée en 1778 à Paris, dans une période difficile, alors qu’il y enterre sa mère, nous offre un allegro d’une poignante douceur, et d’une force toute retenue. Le menuet, sotto voce, sonne avec une nostalgie légère, mais n’est jamais pathétique; il y a comme une lumière simple et divine dans ses passages majeurs.
Mozart, féru de travail, consacre toute son énergie à la musique ; elle fait partie intégrante de sa vie. Pourtant elle n’appartient pas à un « Art clos », et il semble qu’à travers elle, il réussit à transcender toutes ses expériences, ses observations de la vie et des hommes; et toute son oeuvre témoigne d’une réelle connaissance du cœur humain…
Stéphanie Paulet partition
Remerciements à: Abbaye-école de Sorèze, Joël Suhubiette, Jacqueline Martinet, Francine Estrémé, Patrice Bellet, Michel Bouvard.